Bref résumé de la biographie de l’abbé Roland Leclerc

image235

  

Ordonné prêtre catholique le 3 septembre 1973, l'abbé Roland Leclerc a toujours exercé son ministère presbytéral dans le milieu des communications sociales. Il a commencé comme recherchiste et animateur de la messe télévisée de Radio-Canada, à l'été 1971. Ensuite, jusqu’à son décès, il n'a jamais cessé d'être présent au petit écran. Mentionnons spécialement les émissions "2000 ans après–Jésus Christ" et "En toute amitié", au réseau TVA; l'émission "Le Jour du Seigneur", à Radio-Canada. Il fut aussi l'animateur de la série "Parole et Vie" diffusée sur Canal Vox, chaque semaine.


Côté radiophonique, il a tenu l'antenne de l'émission "Le Bon Jour", sur le réseau Radiomutuel, de 1990 à 1992. Il a été l'instigateur de la série dominicale "Bonjour Famille", à CKSM, de Shawinigan.


De 1981 à 1991, il fut responsable du secteur Edu/Médias (Éducation de la foi par les médias) à l'Office de catéchèse du Québec. Il avait d'abord été directeur de l'Office diocésain des communications sociales, au diocèse de Trois-Rivières, de 1973 à 1981.


Pendant plusieurs années, il fut directeur de la collection " Spiritualités ", aux éditions Logiques de Montréal. Il a publié plusieurs volumes dont: " Au rythme de la vie ", " Réflexions à saveur d’Evangile", " En toute amitié ... quelques brins d'Evangile ", " Au fil des jours (Atteindre l'espérance) ", " Le goût de croire", etc.


Il signait chaque semaine un billet "Réflexion" dans les hebdos régionaux de la Mauricie. 

  

Il a été curé-modérateur à la paroisse Notre-Dame-de-la-Présentation de Shawinigan-Sud (1988 à 1994). À partir du mois d’août 1994 et jusqu’à son décès, il fut prêtre modérateur à la paroisse Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle, de Trois-Rivières. 


Il a remporté le trophée annuel de l'Office des Communications Sociales (1987) et le trophée Humanisme et accomplissement personnel, lors de la finale de la personnalité de l'année, en Mauricie, en 1988. 


Il fut président honoraire de l'organisme de coopération internationale " Terre sans frontières ". À chaque année, il participait aussi à la campagne du " Noël du Pauvre ". 


Né dans le quartier Sainte-Cécile, à Trois-Rivières, il était le benjamin d'une famille de huit enfants. Il a pratiqué plusieurs sports, en particulier le hockey. Il n'était pas rare que les résidents de Saint-Mathieu-du-Parc le voient conduire un tracteur de ferme remorquant une charge de bois. S'il savait manier la plume et les idées, il était très à l'aise avec un marteau et une scie à chaîne.  


Le plus beau mot de la vie, pour lui, était " Espérance ". C’est pourquoi, sur sa plaque tombale, il a été écrit « Communicateur d’espérance ». Le plus grand service qu'il souhaitait rendre: permettre que la foi ait du goût.


Le soir du 19 novembre 2003, il est décédé par noyade au Lac-en-Croix, à Saint-Mathieu-du-Parc. L’autopsie révéla qu’il avait une tumeur au cerveau (glioblastome multiforme) expliquant vraisemblablement les épisodes de confusion qu’il présentait quelques jours avant sa mort.